Guillemette SCHLUMBERGER

Son univers se situe dans le monde végétal, organique,floral, qui la fascine tant par ses formes et textures multiples que ses couleurs infinies. Trois années passées au Brésil la marquent définitivement, « un coup des mille et une nuit », comme disait Bonnard arrivant dans le Midi…Ceci l’amène tout naturellement au thème du paradis perdu, sorte d’Eden qu’elle recompose à sa guise. Puisant dans son imaginaire, elle associe l’accumulation végétale et onirique à des éléments du réel, pour une mise en scène audacieuse.

 

Les diverses couches forment une texture vibrante qui apporte un lyrisme subtil, riche en détails, à mi chemin entre les fleurs « all over » du Moyen Age, Sam Szafran ou la spontanéité d’une Séraphine de Senlis, et le foisonnement des jardins de Klimt en 1905. » Au début du travail, le hasard y a toute sa place, j’aime jouer avec la matière. « Ensuite, elle se laisse guider par le tableau lui-même, aventure mentale et physique à lui tout seul.

Son propos est celui de créer un espace fictif, dans lequel un personnage tiendrait le rôle de miroir de notre être, évoluant dans un monde où végétal et élément aquatique ( parfois) se mêlent, où le temps serait suspendu. Rêve et réalité s’y confondent. Quelle pièce de théâtre l’artiste joue t’elle dans ses toiles ? Quel en est le petit film intérieur, inattendu ?

Elle aime provoquer de petites surprises interrogatives, subtiles et discrètes, soit une silhouette qui flotte dans les airs, soit un yogi méditant au loin sur un rocher, soit des oiseaux qui flottent dans un aquarium, des fleurs qui courent sous la peau, des jambes enfantines qui émergent sous un arbre, une ombre étrange, en forme d’habitat, qui apparait sous un feuillage…Autant de silhouettes qui semblent dialoguer entre elles, présences …ou absences ?

Mais toujours la nature s’en mêle, inévitable, omniprésente, la dernière chose tangible et sûre, contrairement à ces figures qui semblent filer à travers le Temps…

Née à Paris en 1966, Guillemette Schlumberger vit et travaille en région parisienne.

Diplomée des Beaux Arts de Paris en 1991, sortie de l’Atelier de Cremonini et d’Hadad, elle poursuit son travail de peintre depuis lors, et expose dans de nombreux salons et galeries, à Paris, en Belgique, à New york, au Brésil...

Depuis quelques années, elle s’adonne également à la sculpture en grès émaillé et porcelaine, en prolongement de ses recherches picturales si poétiques qui nous émerveillent.

2017 galerie Arnaud Bard, Boulogne Billancourt

2015 salon Mac Paris

2015 Affordable Art Fair Bruxelles

2012 galerie Michèle Hayem ,Paris

2012 galerie Guislaine Eonnet Dupuy, Paris

2010 galerie Patricia Oranin, Pont l'abbé

2008 salon de Mai, Paris